Installation & Configuration NSClient++

NSClient++ est un agent de supervision fonctionnant sous Windows pouvant travailler avec d’autres service de supervision, dont Nagios (il possède la fonction de transport NRPE et NSCA).  Il est aujourd’hui considéré comme l’agent de supervision standard Nagios pour plateformes Windows.

Ce tutoriel est la suite de celui sur l’installation et la configuration de Nagios, il explique comment installer et configurer NSClient++ et a été réalisé sous Windows 10.


Téléchargez NSClient++ depuis le site officiel ;

Une fois téléchargé, exécute le setup ;

01

Cliquez sur le bouton Next ;

02

Cochez l’outil Generic et cliquez sur le bouton Next ;

03

Cliquez sur le Bouton Typical pour une installation basique ;

04

Renseignez l’adresse IP du serveur Nagios ;

Renseignez un mot de passe de sécurité (il devra être renseigné sur le serveur Nagios pour qu’il puisse accéder à l’hôte windows) ;

Cochez le module Enable common check plugins

Nous verrons seulement comment superviser un hôte via  le plugin check_nt : cochez le module Enable nsclient server (check_nt) ;

Cliquez sur le bouton Next ;

05

Cliquez sur le bouton Install ;

06.PNG

Cliquez sur le bouton Finish ;


L’installation est terminée, vous pouvez maintenant suivre ce tutoriel pour superviser vos hôtes Windows via le plugin check_nt.

 

Publicités

3 commentaires

  1. Bonjour et merci pour le tutoriel
    J’suis débutant et j’aimerais savoir comment renseigné le mot de passe sur le serveur Nagios pour qu’il puisse accéder à l’hôte windows

    J'aime

    1. Bonjour,

      Dans mon cas, j’ai directement renseigné le mot de passe dans les commandes (-s mot_de_passe) :
      define command{
      command_name check_nt_disk
      command_line /usr/local/nagios/libexec/check_nt -H $HOSTADDRESS$ -s aepLfde -p 12489 -v USEDDISKSPACE -l $ARG1$ -w $ARG2$ -c $ARG3$
      }

      Ensuite, pour faire propre, il y a aussi le fichier resource.cfg (/usr/local/nagios/etc/resource.cfg), dans lequel il est possible de créer des variables.
      Tu peux, par exemple, créer la variable $PWDNSCLIENT$=mot_de_passe et tu renseignes par la suite cette variable dans tes commandes, comme ça :
      define command{
      command_name check_nt_disk
      command_line /usr/local/nagios/libexec/check_nt -H $HOSTADDRESS$ -s $PWDNSCLIENT$ -p 12489 -v USEDDISKSPACE -l $ARG1$ -w $ARG2$ -c $ARG3$
      }

      Si j’avais tu as d’autres soucis, n’hésite pas.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.